15 décembre, 2017

CHILI: LE FUTUR PRÉSIDENT SERA SOIT MILLIARDAIRE, SOIT JOURNALISTE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LES DEUX CANDIDATS À LA PRÉSIDENTIELLE CHILIENNE.
PHOTO IVAN ALVARADO 
Le second tour de la présidentielle au Chili se tient dimanche. Elle verra s'affronter un milliardaire et un journaliste.
PHOTOMONTAGE DE L'AFFAIRE DE 
FRAUDE À LA BANQUE  DE TALCA 
PAR SEBASTIAN PIÑERA
L'un est l'homme le plus riche du pays, l'autre un célèbre journaliste: Sebastian Piñera, 68 ans, qui veut ramener la droite au pouvoir au Chili, affronte dimanche le socialiste Alejandro Guillier, 64 ans, afin de succéder à la présidente de gauche Michelle Bachelet. Le résultat promet d'être très serré, après un premier tour, le 19 novembre, où l'ex-chef d'État a obtenu près de 37% des voix, un score décevant alors qu'il était annoncé comme le grand favori du scrutin. Face à lui, son adversaire socialiste a décroché 22% des suffrages et pourrait profiter du report d'une partie des voix de Beatriz Sanchez, candidate de « l'extrême-gauche »   [ « Le Frente Amplio » : Coalition politique chilienne conformée par des partis et des mouvements politiques de gauche, libéraux et des citoyens ] qui a créé la surprise avec un score de 20%.  



L'ex-président de droite Sebastián Piñera et le candidat de la coalition sortante Alejandro Guillier sont au coude-à-coude dans les sondages. La participation des électeurs de gauche pourrait être déterminante ce dimanche.

PRÉSIDENTIELLE AU CHILI : « PIÑERA REPRÉSENTE UN RETOUR EN ARRIÈRE »


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

VLADO MIROSEVIC EST UN DÉPUTÉ DU PARTI LIBÉRAL DU CHILI
DE LA COALITION DU FRENTE AMPLIO, QUI VEUT AIDER À FAIRE
BATTRE L'ANCIEN PRÉSIDENT GUILLIER. 
PHOTO VLADOMIROSEVIC.CL 
Vlado Mirosevic, député de la coalition de gauche Frente Amplio, veut aider Alejandro Guillier, à battre l'ancien président de droite, Sebastian Piñera.
Quelle est la consigne de vote du Frente Amplio pour ce second tour ?

Nous avons eu un débat interne très intense pour définir quelle serait notre position au second tour. Ce que nous avons décidé, c'est de dire 'non' à [Sebastián] Piñera, et de dire à [Alejandro] Guillier : 'voici nos propositions, nous souhaiterions vous voir les adopter dans votre programme'. Nous n'apportons pas de soutien explicite à sa candidature, et chaque membre du Frente Amplio est libre de son vote. En ce qui me concerne, je vais voter pour Alejandro Guillier. Je ne vais pas faire campagne pour lui et, s'il est élu, je ne participerai pas à son gouvernement, mais entre Piñera et lui, mon choix est évident. Piñera représente un retour en arrière pour le Chili, un danger pour les libertés individuelles et les droits sociaux. Il défend le modèle d'économie néolibérale dans lequel nous vivons actuellement.


LE CUIVRE, UNE POULE AUX OEUFS ET UN DÉFI POUR LE CHILI


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LA MINE DE CUIVRE D'ESCONDIDA, LE PLUS GRANDE
AU MONDE SITUÉE DANS LE CENTRE DU CHILI ET

 EXPLOITÉE PAR LE GROUPE ANGLO-AUSTRALIEN
 BHP BILLITON, LE 16 FÉVRIER 2017 
PHOTO MARTIN BERNETTI
Porté par la demande de la Chine et des voitures électriques, le cuivre gagne à nouveau du terrain et tire l'économie du Chili, principal producteur mondial, dont le prochain président, désigné dimanche, héritera de la manne, mais aussi de sa réforme attendue.
LA MINE  ESCONDIDA AU CHILI. 
© REUTERS
La fête pourrait être en effet de courte durée si le prochain gouvernement ne parvient pas à trouver un équilibre entre les exigences des écologistes et celles des entreprises, estiment les experts.




« PEPE MUJICA AVEC ALEJANDRO GUILLIER AU CHILI »

 « PEPE MUJICA AVEC ALEJANDRO GUILLIER AU CHILI » 

 « PEPE MUJICA AVEC ALEJANDRO GUILLIER AU CHILI » 

[ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 




14 décembre, 2017

CHILI / ANNIVERSAIRE DE LA CRÉATION DU FRONT PATRIOTIQUE MANUEL RODRIGUEZ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MANUEL RODRIGUEZ
1983 -14 DÉCEMBRE- 2016 
34ÈME ANNIVERSAIRE DE LA CRÉATION DU FRONT PATRIOTIQUE MANUEL RODRIGUEZ (FPMR)
    MANUEL RODRIGUEZ
    Le Front patriotique Manuel Rodriguez (FPMR), fut créé par le Parti communiste du Chili, le 14 décembre 1983. Se réclamant héritier d’un personnage mythique de l'indépendance Manuel Rodríguez Erdoíza, le groupe prit son nom.


    la suite


    [ Pour écouter, cliquer sur la flèche ] 

    « HYMNE OU MARCHE DU FPMR »
    TEXTE ET MUSIQUE DE PATRICIO MANNS
    DURÉE : 00:3:14
      SUR LE MÊME SUJET :

      13 décembre, 2017

      LE CHILI REDÉCOUVRE L’IMMIGRATION

      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]   
      CAPTURE D'ÉCRAN
      LE CHILI REDÉCOUVRE L’IMMIGRATION

      Dans un pays où le nombre des immigrés a triplé en dix ans, le sujet s’est invité dans la campagne présidentielle. Le conservateur Sebastian Pinera affronte dimanche au second tour le candidat de gauche, Alejandro Guillier.
      Sebastian Piñera, qui brigue dimanche un second mandat après avoir dirigé le pays de 2010 à 2014, défraie la chronique au Chili. Interrogé début décembre lors d’une émission télévisée par un chanteur haïtiano-chilien, l’homme d’affaires a comparé d’emblée son interlocuteur à du « chocolat avec de la chantilly dans la bouche ». « Racisme ! », ont accusé les uns ; « maladresse innocente », ont répondu les autres. Cette polémique illustre une nouvelle réalité au Chili : l’immigration. 



      PLAISANTERIE DE SEBASTIAN PIÑERA  AU CHANTEUR GYVENS LAGUERRE 
      « VOUS ÊTES COMME UN CHOCOLAT AVEC DE   
      LA CRÈME CHANTILLY DANS LA BOUCHE »

      [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 


          SUR LE MÊME SUJET :

          ELECTIONS CHILI - JOSÉ MUJICA VIENT SOUTENIR LE CANDIDAT GUILLIER

          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 
          JOSÉ MUJICA 
          « Il y a un peu plus d'un an je suis allé en Uruguay pour discuter avec le Président José Mujica. Aujourd'hui je reçois avec gratitude la nouvelle qu'il accompagnera notre clôture de campagne auprès de milliers de Chiliens et Chiliennes qui défendront par leur vote le choix de ne pas reculer et continuer d'avancer. Merci Président. »
          Sans le dire de façon explicite, l'ancien président uruguayen José «Pepe » Mujica est arrivé aujourd'hui au Chili pour prendre part demain, jeudi, à la clôture de la campagne du sénateur indépendant, Alejandro Guillier.
          TWITTER D'ALEJANDRO GUILLIER‏ 
          Guillier est le candidat du Centre- gauche, présent au deuxième tour des élections présidentielles du Chili qui aura lieu dimanche 17 décembre prochain. Il fait face à l'ancien président, le conservateur Sebastián Piñera.




          ALEJANDRO GUILLIER

          LA NATION MAPUCHE, RÊVE DES INDIGÈNES CHILIENS


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]   
          RAMON LLANQUILEO, L'UN DES LEADERS DE LA COORDINATION
          ARAUCO MALLECO (CAM), ORGANISATION PRO-MAPUCHE,
          À TEMUCO AU CHILI, LE 9 NOVEMBRE 2017
          PHOTO MARTIN BERNETTI. AFP

          Au fil des procès et des décisions de justice, ces indigènes ont été réduits à vivre sur près de 5% de leurs anciennes terres.
          Regroupés en petites communautés, sans espace
          PHOTO  CLAUDIO REYES
           suffisant pour cultiver le sol ou élever des animaux, nombre d’entre eux se sont vus obligés à renoncer à leur mode de vie traditionnel et à migrer vers les villes.


          11 décembre, 2017

          PRÉSIDENTIELLE 2017: CAMPAGNE AUDIOVISUELLE #8 ALEJANDRO GUILLIER


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]   

          CAMPAGNE AUDIOVISUELLE #8
          ALEJANDRO GUILLIER


          « PRÉSIDENTIELLE 2017: CAMPAGNE AUDIOVISUELLE CLIP #8 
          ALEJANDRO GUILLIER   »


          [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ] 

          08 décembre, 2017

          HONDURAS / PRÉSIDENTIELLE: L'OEA DEMANDE UNE VÉRIFICATION MÉTICULEUSE DES RÉSULTATS CONTESTÉS


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          PHOTO MARTÍN CÁLIX

          Tegucigalpa - L'Organisation des États américains (OEA) a demandé « un processus exhaustif et méticuleux de vérification » des résultats contestés de l'élection présidentielle au Honduras, le président sortant qui revendique la victoire appelant lui ses sympathisants à une manifestation jeudi à Tegucigalpa.
          Dans un communiqué, l'OEA dénonce le « manque de garantie et de transparence » ainsi que « l'accumulation d'irrégularités » enregistrée par sa mission d'observateurs, menée par l'ancien président bolivien Jorge Quiroga, estimant qu'elle « ne peut avoir des certitudes sur les résultats ».




          07 décembre, 2017

          AMNESTY INTERNATIONAL. AU HONDURAS, DES PAYSANS SACRIFIÉS SUR L’AUTEL DU DÉVELOPPEMENT


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          DES HABITANTS DE LENCA LORS D’UNE CONCENTRATION EN
          HOMMAGE DE L’ACTIVISTE BERTA CÁCERES, ASSASSINÉE
          EN 2016, LE 21 OCTOBRE 2017.
          PHOTO ORLANDO SIERRA 
          L’État mise énormément sur l’énergie hydraulique et l’extraction minière, avec des contrats octroyés au secteur privé. Cet axe de développement ne tient pas compte des populations locales, qui tentent de défendre leurs droits sur les terres et la protection de l’environnement. Parfois au péril de leur vie.
          Plus le temps passe et plus les habitants du Honduras et leurs terres sont menacés. Aujourd’hui, outre la violence, l’insécurité et le chômage qui préoccupent la société, vient s’ajouter un autre problème, celui des concessions territoriales accordées à des entreprises privées et qui comprennent également l’accès aux abondantes ressources hydrauliques du pays.



          la suite

          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          PHOTO MARTÍN CÁLIX



          ARGENTINE : LE GOUVERNEMENT A RETIRÉ LE STATUT DE « RÉFUGIÉ POLITIQUE » À UN ANCIEN RÉSISTANT CHILIEN


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

           « MAURICIO MACRI ET HERALDO MUÑOZ »


          Le Gouvernement argentin a décidé de retirer le statut de réfugié politique à l'ancien résistant chilien Sergio Galvarino Apablaza, accusé dans son pays d'être l’auteur intellectuel du meurtre du sénateur "pinochetiste" Jaime Guzmán en 1991. Il existe depuis 2004 une demande d'extradition de la justice chilienne suite à une plainte du parti ultra-conservateur UDI.

          SERGIO GALVARINO APABLAZA
          À BUENOS AIRES EN 2010
          Formellement, le refuge fut accordé par la Commission Nationale pour les Réfugiés, (CONARE) composée des ministères de Relations Extérieures, de la Justice, de l'Intérieur, ainsi que du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), organisme de l’ONU. C'était la pression du gouvernement de Cristina Kirchner qui avait permis le séjour d’Apablaza dans ce pays dès 2011.

          SUR LE MÊME SUJET :

          05 décembre, 2017

          DIX JOURS APRÈS L'ÉLECTION, LE HONDURAS N'A TOUJOURS PAS DE PRÉSIDENT


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          MANIFESTANTE PRO-NASRALLA DEVANT
           UNE BARRICADE, LE 1ER DÉCEMBRE.
          PHOTO ORLANDO SIERRA

          Refusant de désigner de vainqueur, le Tribunal suprême électoral reconnaît une avance au président sortant, Juan Orlando Hernadez. Son rival de gauche, Salvador Nasralla, d'abord donné gagnant, dénonce des fraudes massives. L'état d'urgence a été décrété.
          LES LOCAUX DU TRIBUNAL SUPRÊME ÉLECTORAL
           À TEGUCIGALPA, AU HONDURAS, 
          LE 4 DÉCEMBRE 2017. 
          PHOTO JOHAN ORDONEZ 
          La situation s'enlise au Honduras. Dix jours après le scrutin présidentiel, ce petit pays d'Amérique centrale ne connaît toujours pas le nom du vainqueur. Le Tribunal suprême électoral (TSE) vient de finir le recomptage des voix. Il reconnaît une avance relativement nette au président sortant, Juan Orlando Hernadez avec 42,98% des voix, contre 41,39% à son rival de gauche, Salvador Nasralla. Pour autant, l'institution n'a pas reconnu la victoire du premier. Elle attend pour cela l'épuisement des recours possibles, qui pourraient prolonger cette période d'incertitude pendant encore 22 jours.



          CHILI : BEATRIZ SÁNCHEZ SOUTIENT GUILLIER À LA PRÉSIDENTIELLE


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          LA CHEF DE FILE DE LA « GAUCHE ANTILIBÉRALE » AU CHILI, BEATRIZ SANCHEZ,
          A ANNONCÉ LUNDI QU'ELLE SOUTENAIT LE CANDIDAT DU CENTRE-GAUCHE
          ALEJANDRO GUILLIER AU SECOND TOUR DE L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE,
          PRÉVU LE 17 DÉCEMBRE 2017 / PHOTO PRISE LE 30 NOVEMBRE 2017
          P
          HOTO AGENCIA UNO

          SANTIAGO (Reuters) - La chef de file de la « gauche antilibérale » au Chili, Beatriz Sanchez, a annoncé lundi qu'elle soutenait le candidat du centre-gauche Alejandro Guillier au second tour de l'élection présidentielle, prévu le 17 décembre.
          PHOTO PABLO SANHUEZA
          Alejandro Guillier est arrivé deuxième au premier tour le 19 novembre avec 22,6% des voix contre 36,6% au conservateur Sebastian Piñera, qui a dirigé le pays de 2010 à 2014.



          NARUMI, LE CRIME SANS CADAVRE


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          LE SOIR DE SA DISPARITION, NARUMI KUROSAKI
          A DÎNÉ AVEC SON EX-PETIT-AMI NICOLAS ZEPEDA CONTRERAS,
          VENU SPÉCIALEMENT EN FRANCE POUR LA VOIR. 
          De nouvelles fouilles vont être menées pour retrouver le corps de Narumi, disparue à Besançon (Doubs). La dernière chance peut-être de confondre le suspect principal. Une enquête à retrouver ce soir sur RTL dans « l'Heure du crime ».
          Un cri dans la nuit. Il y a un an jour pour jour, Narumi Kurosaki laissait échapper cet ultime et glaçant signe de vie, entendu par des témoins sur le campus de La Bouloie à Besançon. Narumi, étudiante japonaise de 21 ans, a donné son prénom à une affaire criminelle complexe étirée sur trois continents avec, comme point d'ancrage, de sombres forêts aux confins du Doubs et du Jura. C'est sans doute là que se cache le « tombeau » de la jeune fille.





          01 décembre, 2017

          AU HONDURAS, L’OPPOSITION CRIE À LA FRAUDE APRÈS L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


          LE CANDIDAT DE L’OPPOSITION SALVADOR NASRALLA
          LORS D’UNE MARCHE DE PROTESTATION,
          LE 3 DÉCEMBRE À TEGUCIGALPA.
          PHOTO RODRIGO
          Donné gagnant au lendemain du scrutin par le Tribunal suprême électoral, Salvador Nasralla serait finalement devancé par le président conservateur sortant, Juan Orlando Hernandez.
          DES MANIFESTANTS FAVORABLES AU 
          CANDIDAT DE L’OPPOSITION ONT 
          AFFRONTÉ LES FORCES ANTI-ÉMEUTES, 
          À TEGUCIGALPA HONDURAS), 
          LE 30 NOVEMBRE 2017.
          PHOTO ORLANDO SIERRA
          La tension monte au Honduras où l’opposition accuse le président conservateur sortant, Juan Orlando Hernandez, de vouloir se maintenir au pouvoir par la fraude. Après les élections présidentielle et législatives du dimanche 26 novembre, le Tribunal suprême électoral (TSE), un arbitre contesté, n’a toujours pas annoncé le vainqueur. L’évolution surprenante des résultats, qu’il a distillés, avec lenteur a ajouté à la confusion et nourri les accusations de fraude.




          LES COMMUNARDS RÉHABILITÉS MALGRÉ L’ASSAUT DE LA DROITE


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          GRAVURE REPRÉSENTANT L’EXÉCUTION DES FÉDÉRÉS PAR
          LES VERSAILLAIS AU CIMETIÈRE DU PÈRE-LACHAISE,
          À PARIS, LE 28 MAI 1871. ( )

          Comme Eugène Pottier, né il y a 200 ans, les victimes de la répression de la Commune de Paris de 1871 ont été réhabilitées, hier, suite à un vote majoritaire à l’Assemblée.
          UNE RUE À PARIS EN MAI 1871
          OU LA COMMUNE
          MAXIMILIEN LUCE (1858 - 1941)
           PHOTO H. LEWANDOWSKI
          de vieilles réminiscences versaillaises n’auront pas suffi à empêcher ceux qui sont montés « à l’assaut du ciel » au printemps 1871 d’être enfin réhabilités par l’Assemblée nationale mardi soir.