28 mars, 2013

CHILI CON MICHELLE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SUPPORTRICE- DE MICHELLE BACHELET. PHOTO AFP
Michelle Bachelet a annoncé hier qu'elle se présentait à l'élection présidentielle de novembre au Chili
Par Gaëlle Rolin

C'est peu dire que Michelle Bachelet est attendue par ses partisans au Chili ! Après un premier mandat – elle a d'ailleurs été la première femme à diriger le pays, de 2006 à 2010 – et deux ans et demi à la tête de l'agence ONU Femmes, la Chilienne, ultra-populaire, a annoncé hier qu'elle briguait à nouveau la présidence. Les élections auront lieu en novembre.

CHILI: LE RETOUR DE L'EX-PRÉSIDENTE MICHELLE BACHELET, CANDIDATE À LA PRÉSIDENTIELLE DE NOVEMBRE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

L'EX-PRÉSIDENTE DU CHILI MICHELLE BACHELET EST ARRIVÉE MERCREDI À SANTIAGO APRÈS AVOIR DÉMISSIONNÉ DE SES FONCTIONS À LA TÊTE DE L'AGENCE ONU FEMMES POUR ANNONCER SA CANDIDATURE À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE NOVEMBRE 2013. PHOTO ANA MARÍA GONZALEZ  
L'ex-présidente du Chili Michelle Bachelet est arrivée mercredi à Santiago et a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de novembre 2013, qu'elle semble avoir des chances de gagner. Populaire, l'ancienne directrice de l'ONU Femmes a toutefois de nombreux défis à relever.



L'ex-présidente du Chili, la très populaire Michelle Bachelet, a annoncé mercredi sa candidature à l'élection présidentielle de novembre 2013 après avoir démissionné de ses fonctions à la tête de l'agence ONU Femmes, qu'elle a dirigée depuis sa création en septembre 2010. 

Première femme à avoir gouverné le Chili entre 2006 et 2010, elle n'avait pu immédiatement se représenter, la Constitution chilienne interdisant d'exercer deux mandats consécutifs. Puis est restée muette sur ses intentions politiques tout au long de sa mission de trois ans à l'ONU, bien qu'un sondage réalisé il y a quelques mois donne 53% de Chiliens favorables à son retour au pouvoir. 

« Il reste encore beaucoup de choses à faire» 

« Je me sens très liée à mon pays et c'est pour cela que j'ai décidé de revenir. Je crois qu'il reste encore beaucoup de choses à faire pour que notre pays s'améliore et je veux y contribuer » , a ajouté Mme Bachelet dans une brève déclaration faite à l'aéroport mercredi, à son retour de New York. 

Mme Bachelet a été accueillie par une trentaine de dirigeants politiques de la coalition d'opposition de centre gauche et une centaine de partisans, en majorité des femmes, scandant « On le sent, on le sent, Michelle président » . Et la maire de Santiago lui a officiellement souhaité la bienvenue, concluant son message en disant « merci beaucoup de votre décision».


27 mars, 2013

CHILI : LE FILM « EL DIARIO DE AGUSTÍN »



Chili : le film « El diario de Agustín » censuré de nouveau ? 

Le documentaire séquestré par la chaîne de télévision televisión nacional de chile ( Télévision nationale du Chili ) TVN qui révèle le rôle du journal « El mercurio » dans la conspiration pour renverser le gouvernement de Salvador Allende.

MICHELLE BACHELET À LA RECONQUÊTE DU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

DURANT DEUX ANS ET DEMI AUX NATIONS UNIES, MICHELLE BACHELET N'A PAS ÉMIS D'OPINION SUR LA POLITIQUE CHILIENNE. 
Par Laurie Fachaux

La présidente de 2006 à 2010 quitte l'ONU pour tenter de récupérer son poste lors des prochaines élections de novembre.

Un suspense qui n'en est pas un. Depuis des mois, la rumeur courait d'un retour de Michelle Bachelet sur la scène politique chilienne. Cette socialiste issue de la Concertación (coalition des partis de gauche) a gouverné le pays entre 2006 et 2010, terminant son mandat avec 84 % d'opinions favorables. Un terreau plus que favorable pour se représenter cette année, la Constitution chilienne empêchant le chef de l'État d'effectuer deux mandats de suite.

Le 15 mars, Michelle Bachelet a annoncé, émue, qu'elle quittait ses fonctions de directrice de l'agence ONU Femmes et qu'elle rentrait au pays «pour raisons personnelles». Pendant ces deux ans et demi aux Nations unies, Michelle Bachelet n'a pipé mot sur la politique chilienne, faisant la sourde oreille aux critiques du gouvernement (de droite) sur sa gestion du tsunami du 27 février 2010.

L'avion de Michelle Bachelet doit atterrir ce mercredi matin à Santiago (vers midi, heure de Paris). À quand l'annonce officielle de sa candidature à la présidentielle de novembre 2013? « Le jour de son arrivée ou le lendemain », lâche Osvaldo Andrade, le président du PS chilien.

Cette descendante d'un vigneron français immigré au Chili jouit d'une popularité exceptionnelle. Un sondage la donne gagnante dès le premier tour de la présidentielle avec 54 % des voix, soit… 40 points de plus que son principal adversaire, Laurence Golborne, le candidat du parti le plus à droite de l'échiquier politique (UDI).

26 mars, 2013

33 ANS APRÈS, LE SALVADOR COMMÉMORE MGR ROMERO

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MGR ROMERO A ÉTÉ ASSASSINÉ LE 24 MARS 1980 SOUS LES YEUX D'UNE MULTITUDE DE FIDÈLES ALORS QU'IL CÉLÈBRE LA MESSE. PHOTO IMAGE GLOBE
Plusieurs articles dans la presse sud-américaine se font l'écho du 33e anniversaire de la mort de Mgr Romero, abattu par des nervis d'extrême-droite alors qu'il célébrait la messe dans un hôpital pour cancéreux, en soulignant que cet anniversaire est tombé le jour où le premier pape sud-américain célébrait sa première messe des Rameaux. Ainsi sont rapportées les paroles de l'actuel évêque auxiliaire de San Salvador, Mgr Gregorio Rosa Chavez, qui déclare que le nouveau pape est « absolument convaincu que Mgr Romero est un saint et un martyr; tout indique que les astres sont alignés pour sa béatification. Je suis très optimiste; s'il y avait une enquête auprès des pays d'Amérique latine il y aurait une majorité absolue et écrasante en faveur de Mgr Romero, donc, nous croyons que le moment est venu. Seulement nous suivons le calendrier de Dieu, qui n'est pas le même que le nôtre » .

25 mars, 2013

LA BOLIVIE PORTERA SON DIFFÉREND FRONTALIER AVEC LE CHILI DEVANT LA CIJ

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LA BOLIVIE A CHOISI LES CÉRÉMONIES DU -JOUR DE LA MER- POUR FAIRE PART DE SA DÉCISION DE PORTER LE DIFFÉREND TRANSFRONTALIER AVEC LE CHILI DEVANT LA CIJ. PHOTO AIZAR RALDES

La Bolivie a annoncé samedi qu'elle allait « dans les prochains jours »  traduire le Chili devant la Cour internationale de justice de La Haye pour récupérer l'accès à l'océan Pacifique, perdu il y a plus de 130 ans après une guerre.
« J'ai décidé que dans les prochains jours une commission se rendra à La Haye pour présenter formellement la demande de la Bolivie de récupérer l'accès à la mer» , a déclaré le président bolivien Evo Morales, lors des cérémonies du « Jour de la Mer » , qui chaque année commémorent la revendication historique de la Bolivie pour un accès maritime.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

DES MARINS PARTICIPENT À LA CÉLÉBRATION DU « JOUR DE LA MER » 2012 EN BOLIVIE, REVENDICATION HISTORIQUE DE LA BOLIVIE POUR UN ACCÈS MARITIME. PHOTO AFP
La Bolivie, pays andin et amazonien, le plus pauvre d'Amérique du sud, est enclavée depuis plus de 130 ans, après avoir perdu 120 000 km2 de son territoire, dont une bande de 400 km de littoral, à l'issue de la Guerre du Pacifique (1879-83) perdue, avec le Pérou, contre le Chili.



24 mars, 2013

« LES MALOUINES SONT ARGENTINES, LES DISPARUS AUSSI »

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

«  LES MALOUINES SONT ARGENTINES, LES DISPARUS AUSSI  » 

En 1982, les Mères refusèrent de soutenir la guerre des Malouines, affirmant qu'il s'agissait d'une autre entreprise mortifère de la junte et que les morts de la guerre seraient aussi leurs morts, avec le slogan « les Malouines sont argentines, les disparus aussi ». 

Il s'agissait-là d'une posture rare, la majorité des organisations politiques ayant soutenu par patriotisme la revendication contre la souveraineté britannique sur ces îles.

À 37 ANS DU COUP D'ETAT DE LA DICTATURE MILITAIRE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

POCHOIR À BUENOS AIRES, LE « PLUS JAMAIS ÇA » ARGENTIN 

22 mars, 2013

LES PLAGES DU CHILI INONDÉES DE CREVETTES MORTES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PLAGES  DU SUD DU CHILI INONDÉES DE CREVETTES MORTES. PHOTO ELONCE.COM 
Des dizaines de milliers de crevettes, crabes et mollusques différents se sont échouées sur les plages de la commune chilienne de Coronel province de Concepción dans la région du Biobío, (sud du pays) pour une raison qui reste inconnue pour l’instant. La police n'exclut pas une piste criminelle.


Les plages de la province sont devenues roses à cause d’un nombre important de crustacés échoués.





DES MILLIONS DE CREVETTES SE SONT ÉCHOUÉES SUR UNE PLAGE DE CORONEL, AU CHILI, POUR UNE RAISON ENCORE INCONNUE. DES CENTAINES DE CRABES MORTS ONT AUSSI ÉTÉ RETROUVÉS.


21 mars, 2013

« AFFAIRE DES ÉGORGÉS »

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CÉRÉMONIE À LA MÉMOIRE DES VICTIMES SANTIAGO NATTINO, MANUEL GUERRERO ET JOSÉ MANUEL PARADA AURA LIEU À SANTIAGO DU CHILI LE VENDREDI 29 MARS 2013 À 19H30 PRÈS DE L’ANCIEN SIÈGE DU  COLLÈGE LATINOAMÉRICAIN 
Le Caso Degollados («Affaire des égorgés») désigne l'assassinat de trois intellectuels communistes sous la dictature de Pinochet, le 30 mars 1985. 
Une cérémonie à la mémoire des victimes Santiago Nattino, Manuel Guerrero et José Manuel Parada aura lieu à Santiago du Chili le vendredi 29 mars prochain.


ce devint un cas emblématique des violations des droits de l'homme au Chili, forçant le général César Mendoza, membre de la junte depuis le coup d'État de 1973, à démissionner le 2 août 1985. Les coupables ne furent condamnés qu'avec le retour de la démocratie, tandis que la « loi Mendoza » fut promulguée après la démission du général, permettant à toute personnalité publique « investie de dignité » à refuser de témoigner devant les tribunaux.

18 mars, 2013

ANGELA DAVIS : TÉMOIGNAGE D'UNE ÉTERNELLE INSOUMISE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

ANGELA YVONNE DAVIS, NÉE LE 26 JANVIER 1944 
À BIRMINGHAM DANS L'ÉTAT DE L' ALABAMA, EST 
UNE MILITANTE AMÉRICAINE COMMUNISTE DES 
DROITS DE L'HOMME. ANGELA DAVIS EST NÉE 
DANS UNE FAMILLE AFRO-AMÉRICAINE HABITANT 
L' ALABAMA DES ANNÉES 1940, ALORS QUE L
ES LOIS JIM CROW IMPOSAIENT TOUJOURS 
LA SÉGRÉGATION RACIALE DANS LE SUD DES ÉTATS-UNIS.

« Free Angela and All Political Prisoners » film qui sort le 3 avril 2013 retrace la période où elle fut traquée par le FBI et emprisonnée. En avant-première, l'héroïne du Black Power se souvient. Témoignage d'une éternelle insoumise.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]



Au téléphone depuis San Francisco, sa voix est grave. On l'imagine nimbée d'une coiffure afro et d'un nuage de fumée, gauloise sans filtre aux lèvres. Les années ont beau passer, Angela Davis reste une icône. Révolutionnaire, elle est, aux côtés de Malcolm X et de Martin Luther King, l'une des figures emblématiques du mouvement noir américain. Aujourd'hui, un film retrace l'extraordinaire parcours de celle qui fut l'un des pires cauchemars de l'establishment blanc. Construit autour d'images d'archives et d'interviews, il est le récit palpitant d'une période cruciale du destin des Etats-Unis. En 1970, alors que les émeutes raciales et les lynchages sont légion, Angela, brillante prof de fac de 26 ans, proche des Black Panthers et membre du Parti communiste, est accusée de meurtre dans un attentat visant à libérer des prisonniers politiques noirs. 




[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


ANGELA DAVIS ACCUEILLIE A LA UTE AVEC LE PDT ENRIQUE KIRBERG ET HORTENSIA BUSSI D'ALLENDE EN 1972

Quatre personnes, dont un juge, sont tuées. Affichée sur la liste des dix criminels les plus recherchés par le FBI, elle part en cavale. Et devient l'objet d'une vaste machination policière et politique. Après son arrestation, l'opinion publique mondiale se mobilise : les Rolling Stones écrivent pour elle Sweet Black Angel, John Lennon et Yoko Ono enregistrent la chanson Angela. A Paris, Foucault, Sartre et Aragon manifestent pour obtenir sa libération. A 69 ans, professeur de philosophie à l'Université de Californie à Santa Cruz, Angela Davis, toujours engagée pour la cause des femmes, milite aussi contre la peine de mort et pour les droits des homosexuels. Sa détermination est intacte, son franc-parler aussi. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LA RÉALISATRICE DE « FREE ANGELA AND 
ALL POLITICAL PRISONERS » SHOLA LYNCH, 
LES PRODUCTEURS DU DOCUMENTAIRE 
WILL SMITH ET JADA PINKETT SMITH 
AVEC ANGELA DAVIS. 
PHOTO REUTERS

Ce documentaire revient sur votre activisme dans les années 1970. Qu'avez-vous ressenti en revoyant ces images? 

Angela Davis: Certaines images d'archives, que je n'avais jamais voulu voir, ont réveillé en moi une tristesse et une colère indescriptibles : j'ai revu les visages de personnes que j'aimais et qui ont été tuées. J'ai revécu ces moments de terreur. Mais j'ai aussi éprouvé un sentiment de plénitude car je me suis sentie à nouveau connectée à tous ceux qui ont défendu notre cause dans le monde entier. Il est important de rappeler les acquis d'une révolution, sans rien oublier. Barack Obama est certes président, mais le chemin est encore long. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

UNE DU « LIFE MAGAZINE - 
ÉTATS-UNIS » DU 11 SEPTEMBRE 1970

En 1969, doctorat de philosophie en poche, vous devenez prof à l'UCLA, l'université de Californie à Los Angeles, tout en vous déclarant publiquement communiste et membre des Black Panthers. A la demande du gouverneur, Ronald Reagan, vous êtes congédiée. Vous ne vous y attendiez pas? 

J'étais sans doute naïve. On m'avait appelée pour enseigner la philosophie marxiste, que j'avais étudiée auprès d'Herbert Marcuse. Et je n'avais jamais caché mon appartenance au Parti communiste! Mais en 1969, Reagan préparait sa candidature à la Maison-Blanche. Il s'est servi de moi pour montrer aux conservateurs qu'il était en mesure d'écraser les activistes de gauche et les Noirs. Quand j'ai été renvoyée, des milliers de personnes ont manifesté contre cette injustice. Je recevais aussi tous les jours des lettres d'insultes comme « Zoulou, retourne en Afrique » et des menaces de mort. J'ai dû acheter des armes pour me protéger. 


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

ANGELA DAVIS PREND LA PAROLE AU MEETING 
DU MOUVEMENT DES DROITS CIVIQUES AUX ÉTATS-UNIS 

Comment a germé votre engagement? 

J'ai grandi à Birmingham, en Alabama, dans le Sud, «la ville la plus parfaitement "ségréguée" des Etats-Unis », selon Martin Luther King. Dès mon plus jeune âge, j'ai été confrontée au racisme dans mon quartier, surnommé Dynamite Hill. Mon premier souvenir d'enfance est un bruit de bombe : le Ku Klux Klan faisait régulièrement exploser les maisons des Noirs. Partout, des bus aux églises, des magasins aux toilettes publiques, des pancartes affichaient « White only » et « Colored only ». 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

UN JEUNE HOMME, NOIR  BOIT À UN DISTRIBUTEUR 
D'EAU RÉSERVÉ AUX « GENS DE COULEUR » À UN 
TERMINAL DE TRAMWAY EN 1939, À OKLAHOM A CITY.

Mes parents, enseignants, étaient tous deux activistes communistes. Je me souviens du pistolet de mon père posé sur une table. De ma grand-mère me racontant ses souvenirs de l'esclavage. J'ai voulu fuir cet enfer : en 1958, à 14 ans, j'ai obtenu une bourse pour étudier à New York dans le cadre d'un programme qui aidait des élèves noirs du Sud. C'est alors que je suis devenue membre d'un mouvement de jeunesse communiste, et que toutes les humiliations de mon enfance ont trouvé une explication : l'oppression des Noirs par les Blancs, le mépris et la haine, étaient sous-tendus par un système capitaliste sans pitié qui en tirait des bénéfices. De cette prise de conscience est né mon engagement politique. 

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

AFFICHE DE L’AVIS DE RECHERCHE DU FBI


En 1970, on vous accuse injustement, à 26 ans, de meurtre et d'enlèvement. Vous partez en cavale. Pourquoi? 

Parce que j'aurais été tuée! J'étais devenue un symbole à détruire. Le FBI avait mis en place des moyens colossaux pour avoir ma peau. Dans des communautés noires, à travers tout le pays, ils ont arrêté des centaines de femmes qui me ressemblaient. Ils ont surveillé sans relâche ma famille et mes amis. Ma photo était affichée dans tout le pays, flanquée de l'inscription « Armée et dangereuse » ! J'ai traversé cinq Etats en me déguisant. J'étais terrifiée. Quand ils m'ont trouvée à New York au bout de deux mois de traque, j'ai été, paradoxalement, soulagée. Même si Nixon avait déclaré à la télé : « Cette arrestation servira d'exemple à tous les terroristes », le pouvoir ne pouvait plus m'éliminer. Ma notoriété s'était renforcée, comme l'attestaient ces pancartes collées sur des milliers de portes : « Angela, notre sœur,  tu es la bienvenue dans cette maison. » J'avais donc droit à un procès.

L'EX-PRÉSIDENTE MICHELLE BACHELET DÉMISSIONNE DE L'ONU FEMMES POUR RENTRER AU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MICHELLE BACHELET, ALORS DANS SON RÔLE DE DIRECTRICE EXÉCUTIVE D'ONU FEMMES, EN VISITE AU JAPON EN NOVEMBRE 2012. PHOTO AFP

Par RFI
Michelle Bachelet vient d’annoncer sa démission d’ONU Femmes après deux et demi à sa tête. L’ex-présidente du Chili devrait se représenter pour un nouveau mandat lors de l’élection présidentielle chilienne, qui aura lieu en décembre 2013. Le Chili l’attend avec impatience.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 
MÉDAILLE PRÉSIDENTIELLE MICHELLE BACHELET JERIA 2006 - 2010.  GRAVEURS MESSIEURS FRANCISCO ORELLANA ET CARLOS CARRIZO. FRAPPÉE DANS LA « CASA DE MONEDA DE CHILE » ( MAISON DE MONNAIE DU CHILI). BRONZE. 70 MILLIMÈTRES DE DIAMÈTRE. 


« L’attente prend fin » : tel est le sentiment dominant au Chili après l’annonce du retour de Michelle Bachelet dans son pays ces prochains jours. Après deux ans et demi à la tête d’ONU Femmes à New York, l’ex-présidente chilienne devrait officiellement se présenter comme candidate à la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en décembre.

Depuis de nombreux mois, les sondages lui donnent une bonne longueur d’avance sur tous les autres candidats déclarés alors qu’elle n’a pas même annoncé sa candidature. Elle le fera bientôt, selon son parti, le Parti socialiste.


17 mars, 2013

CHILI : MICHELLE BACHELET ATTENDUE AVEC IMPATIENCE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MICHELLE BACHELET : DES SONDAGES RÉALISÉS RÉCEMMENT MONTRENT QU’ENVIRON 54 POUR CENT DES ÉLECTEURS SOUTIENDRAIENT SA CANDIDATURE. LORSQU’ELLE A QUITTÉ LE POUVOIR EN 2010, APRÈS AVOIR ÉTÉ ÉLUE EN 2006, ELLE JOUISSAIT D’UNE COTE D’APPROBATION DE 80 POUR CENT.. PHOTO NATACHA PISARENKO - THE ASSOCIATED PRESS

SANTIAGO, Chili – En annonçant sa démission de l’organisation ONU Femmes et son retour au Chili, l’ancienne présidente Michelle Bachelet a alimenté les rumeurs à l’effet qu’elle pourrait se présenter aux prochaines présidentielles.

Michelle Bachelet a un curriculum vitae bien garni: fille d’un général torturé à mort pour s’être opposé à un coup d’État, exilée de gauche pendant la dictature meurtrière, pédiatre, ministre, mère, présidente, dirigeante de l’agence onusienne en charge de la promotion de l’égalité des femmes.

Et en rentrant au bercail, s’il n’en tient qu’à la gauche chilienne, elle pourrait bien ajouter un autre item à cette liste: sauveur.


16 mars, 2013

DÉCÈS DE L'ANCIENNE DÉPUTÉE ELIANA ARANÍBAR

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


DÉCÈS DE L'ANCIENNE DÉPUTÉE CHILIENNE ELIANA ARANÍBAR 
Eliana Araníbar Figueroa (née le 19 Octobre 1936 et décédée le 15 mars 2013 à Santiago au Chili).


L'ancienne députée chilienne du deuxième District de Santiago (Talagante), Eliana Araníbar Figueroa, est décédée à l'âge de 77 ans, selon une source parlementaire. A la chambre des députes, ses combats ont été nombreux, notamment pour le droit au logement, elle a intégré la Commission permanente du logement et d'Urbanisme.



Après le coup d'Etat militaire du 11 septembre 1973, Eliana Araníbar avait pris le chemin de l'exil, se rendant en Finlande 1974, puis en Hollande et en Allemagne, avant de s'installer en Hongrie.





MICHELLE BACHELET QUITTE L'ONU POUR RETOURNER AU CHILI

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

L'ANCIENNE PRÉSIDENTE DU CHILI, MICHELLE BACHELET, QUITTE SON POSTE À L'ONU  PHOTO 

L'ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet a annoncé vendredi sa démission du poste important qu'elle occupe aux Nations unies alors que de nombreux Chiliens souhaitent la voir candidate à la présidentielle de novembre.
S'exprimant à la fin d'une conférence des Nations unies sur les droits des femmes, Michelle Bachelet a simplement déclaré qu'elle quitterait ses fonctions de directrice exécutive d'Onu Femmes, pour « rentrer dans on pays ».

Onu Femmes, organisation créée le 2 juillet 2010 par l'Assemblée générale des Nations unies, a pour but de promouvoir l'égalité entre hommes et femmes.



15 mars, 2013

ARGENTINE : DES ACCUSÉS DE LA DICTATURE APPARAISSENT À LEUR PROCÈS AVEC LES COULEURS DU VATICAN

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LES 44 TORTIONNAIRES ACCUSÉS DES CRIMES ET DÉLITS CONTRE L’HUMANITÉ COMMIS À LA PERLA ( LE PRINCIPAL CENTRE DE DÉTENTION APRÈS CELUI BUENOS AIRES ) SONT ENTRÉS À LA SALLE DU TRIBUNAL EXHIBANT DANS LEURS POITRINE UNE COCARDE AVEC LES COULEURS DU VATICAN. PHOTO PAGINA12

Un groupe d'accusés poursuivis pour des crimes commis sous la dictature en Argentine (1976-1983) sont apparus jeudi 14 mars à leur procès en arborant des cocardes du Vatican, pour saluer l'élection la veille d'un pape originaire de leur pays. La chaîne de télévision C5N et le journal La Mañana de Cordoba ont diffusé des images des accusés portant des insignes du Vatican au revers de leur veste, lors d'une audience de leur procès actuellement en cours dans la ville de Cordoba, dans le nord-ouest de l'Argentine.

Ouvert en décembre 2012, ce procès concerne un groupe d'une quarantaine de militaires accusés de tortures dans le centre de détention clandestin de La Perla, à Cordoba, le deuxième plus important du pays à cette époque. Le principal accusé, Luciano Menendez, a déjà été condamné à sept occasions pour des crimes commis sous le régime militaire.


14 mars, 2013

HABEMUS PAPAM - FRANÇOIS IER BERGOGLIO, UNE OMBRE AU TABLEAU

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


JORGE BERGOGLIO, LE NOUVEAU PAPE ?
Né en 1936, l’archevêque de Buenos Aires, le cardinal Jorge Bergoglio, élu le 13 mars sous le nom de François 1er est un modéré, classique, « spirituel », cultivé et nuancé, vivant simplement et en retrait par rapport au tournant de la restauration ratzingérienne. Pondéré dans ses jugements, il fait figure d’homme de consensus. Sauf que l’image de ce premier pape d’Amérique latine est aujourd’hui entâchée par des révélations concernant son passé lors de la dictature argentine. De sorte que son début de pontificat commence très mal.



Au travers d’un livre « El Jesuita - Conversaciones con el cardenal Jorge Bergoglio » de Sergio Rubin et Francesca Ambrogetti, le cardinal Bergoglio a sans doute tenté de redorer son blason et de contester les sérieuses accusations qui pèsent contre lui quant à sa conduite alors qu’il était provincial de la Compagnie de Jésus en 1973 et 1979. Suite aux accusations de deux prêtres Orlando Yorio et Francisco Jalics qu’il aurait remis aux autorités militaires. La défense de Bergoglio semble empruntée.

Selon sa propre version, Bergoglio aurait conseillé à ces deux prêtres, religieux jésuites comme lui au demeurant (!) de « faire très attention » en raison de leur réputation de subvertir l’ordre social. C’est à dire qu’il aurait cherché à les protéger de la police dictatoriale qui ne pouvait que les poursuivre suite à leur engagement parmi les pauvres des bidonvilles de Bajo Flores. Toujours selon sa propre version, alors provincial de la Compagnie, il aurait proposé à Yorio et Jalics de venir vivre tranquillement et discrètement dans la maison Provinciale (ce qui voulait dire au passage abandonner leur mission auprès des plus pauvres).
[Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PRÊTRE JÉSUITE ORLANDO YORIO

LE PRÊTRE JÉSUITE ORLANDO YORIO AUJOURD'HUI DÉCÉDÉ. « JORGE BERGOGLIO AURAIT D'ABORD INTIMÉ AUX DEUX PRÊTRES DE NE PLUS CÉLÉBRER LA MESSE DANS LES VILLAS MISERIAS, LES BIDONVILLES DE LA CAPITALE ARGENTINE. FACE À LEUR REFUS, IL AURAIT ENSUITE FERMÉ LES YEUX AU MOMENT DE LEUR DISPARITION. C'EST CETTE ATTITUDE TIMORÉE, VOIRE « COLLABO », QUE DÉNONCE LE JOURNALISTE HORACIO VERBITSKY. « JE SUIS SÛR QU'IL A LUI-MÊME FOURNI UNE LISTE AVEC NOS NOMS À LA MARINE », A TÉMOIGNÉ ORLANDO YORIO, LORS D'UN DES NOMBREUX PROCÈS OUVERTS DEPUIS LE RETOUR À LA DÉMOCRATIE. »


N’écoutant que leur courage, Yorio et Jalics persévérèrent dans leur ministère. Ils furent finalement enlevés, comme on pouvait s’y attendre.Selon Bergoglio, il aurait alors cherché à obtenir leur libération. Et à les protéger. Cette version n’est cependant pas la seule ! Et n’est pas celle de nombreux témoins, ni celle des intéressés. Sans oser les accuser en face, Bergoglio se faisait volontiers l’interprète des accusations d’autres prêtres et d’évêques. Qui démentaient quant à eux les avoir émises. Un jour, le père Bergoglio (il n’avait pas encore coiffé la mitre) recommanda aux deux religieux turbulents de s’adresser à l’évêque de Moron, Mgr Miguel Raspanti. Leur affirmant qu’ils pourraient trouver refuge dans le diocèse de ce dernier. Or, en réalité, il écrivit lui-même une lettre à Raspanti terriblement négative à l’endroit des deux religieux ! L’art du double jeu en somme. Le brave Raspanti chercha pourtant à protéger et à cacher les deux prêtres. C’est Bergoglio qui l’en aurait alors dissuadé. Ce sont les calomnies répétés par Bergoglio qui empêchèrent aussi aux deux religieux d’être accueillis dans le diocèse de Buenos Aires ou d’être incardinés à Santa Fe. Après leur libération, Yorio se rendit à Rome où le jésuite colombien Candido Gavina, très bien informé, lui apprit, de source autorisée (l’ambassadeur argentin près le Saint-Siège) que les forces armées avaient arrêté ces deux religieux suite à la plainte de leurs supérieurs religieux qui les présentaient comme des guérilleros. L’Ambassadeur argentin confirma même cette information par écrit.

En ce qui concerne Jalics, il se réfugia par la suite aux Etats-Unis. Bergoglio s’opposa à son retour en Argentine ! Et il le fit savoir aux évêques argentins susceptibles d’accueillir le religieux dans leur diocèse. Qui plus est, il alla même jusqu’à conseiller à Anselmo Orcoyen, le directeur national du culte catholique, de refuser la demande de passeport avancée par Jalics...


VATICAN: LE CARDINAL CHILIEN ERRAZURIZ ACCUSÉ DE COMPLICITÉ DANS UNE AFFAIRE DE PÉDOPHILIE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

JOSÉ ANDRES MURILLO, L'UN DES TROIS AUTEURS DE LA PÉTITION  DEMANDANT AU CARDINAL CHILIEN ERRÁZURIZ DE NE PAS PARTICIPER AU CONCLAVE CIRCULE SUR INTERNET.  L’EX-ARCHEVÊQUE DE SANTIAGO DU CHILI EST ACCUSÉ D’AVOIR COUVERT LES ACTES DE PÉDOPHILIE DU PÈRE KARADIMA. PHOTO ADNRADIO.CL
Le conclave qui doit élire le successeur de Benoît XVI fait grand bruit au Chili, car parmi les cardinaux électeurs se trouve le Chilien Errazuriz. L’ex-archevêque de Santiago du Chili fait l’objet de nombreuses critiques, car il est accusé de complicité dans l’affaire Karadima, ce prêtre reconnu coupable d’abus sexuels sur des enfants. Et parmi ces victimes, certaines d’entre elles ont lancé une pétition sur Internet, demandant au cardinal de ne pas participer au conclave.

Par Laurie Fachaux

Pour les trois personnes à l’origine de cette pétition, il est inconcevable que le cardinal Francisco Javier Errazuriz puisse élire le futur pape. Elles mettent en doute « la qualité morale » de ce « complice de prêtres pédophiles ». Elles affirment aussi, dans la lettre, que « si nous permettons que des complices d’abus sexuels élisent le souverain pontife, nous créerons, structurellement, une église violatrice de droits ».

Les auteurs de la pétition prennent l’exemple du cardinal britannique, Keith O’Brian, qui a lui décidé de ne pas assister au conclave en raison d’un comportement sexuel qu’il a lui-même jugé «inapproprié ».

Un succès relatif de la pétition

La pétition a recueilli près de 7 000 signatures en 5 jours. C’est beaucoup, dans un sens, pour un pays comme le Chili, catholique à 70 %. Mais pour l’un des auteurs de cette pétition, José Andres Murillo : 7 000 signataires, c’est peu.

Jose Andres Murillo, est le président d’une association de lutte contre les abus sexuels qui s’appelle « Pour la confiance », il estime que les catholiques devraient signer la pétition pour avoir des représentants dignes de confiance, pas comme le cardinal Errazuriz : «  Je pense qu'il a des preuves très claires. Et qu'il savait depuis le début des années 2000 et qu'il n'a rien fait jusqu'en 2010. Il a même empêché une procédure canonique d'investigation. Il avait la responsabilité de lancer les investigations. C'est considéré comme une sorte de complicité. »

11 mars, 2013

CHILI : LIBERTÉ POUR EMILIO BERKHOFF

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LA COUR D'APPELS DE CONCEPCIÓN A ACCORDÉ UNE LIBERTÉ À EMILIO BERKHOFF
La Cour d'Appels de Concepción a accordé la  liberté à Emilio Berkhoff.

LA DÉTENTION PRÉVENTIVE , UNE PEINE AVANT JUGEMENT !

La Cour d'Appels de Concepción (sud du Chili) a commuté ce lundi 11 mars 2013, la prison préventive de l’activiste de la cause mapuche Emilio Berkhoff,  pour la peine d'assignation à résidence.

10 mars, 2013

LES HORREURS DU PLAN CONDOR FACE À LA JUSTICE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

JORGE VIDELA ET SES CO-ACCUSÉS, LORS DE 
L'OUVERTURE DU PROCÈS DU PLAN CONDOR. 
PHOTO  ENRIQUE MARCARIAN

Deux ans après celui du centre de torture Orletti  c’est le procès du Plan Condor, du nom de cette opération lancée en Amérique du Sud dans les années 1970 pour éliminer tous les opposants politiques, qui s’est ouvert mardi en Argentine.

e procès est à l’image de l’affaire: complexe et hors norme. Depuis mardi, 25 personnes sont jugées à Buenos Aires, en Argentine. Toutes sont accusées d’avoir pris part au Plan Condor dont le but était de traquer et éliminer les opposants politiques. Dans les années 1970, l'Argentine, le Chili, l'Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, le Brésil et le Pérou ont en effet collaboré à ce qui est devenu l’une des plus vastes campagnes de répressions et de violences que le monde moderne ait connu. C’est après une série de coups d’Etat dans cette région en pleine mutation politique que tout a véritablement commencé. Le 11 septembre 1973, le régime démocratique chilien de Salvador Allende Gossens chute après un putsch diligenté par Augusto Pinochet, forçant les opposants à fuir vers l’Argentine, pourtant elle aussi instable.

Dans le même temps, alors que le monde est en pleine Guerre froide, de nombreuses dictatures militaires soutenues par les Etats-Unis s’installent en Uruguay, au Brésil et en Bolivie. Non loin de là, au Pérou et au Paraguay, la répression est plus forte que jamais. Dans ces sept pays dirigés par des généraux anticommunistes, le droit d’exprimer une opinion contraire à la politique en place est un crime et les opposants sont chassés et tués sans ménagement.