18 avril, 2018

LA DATE DE L’OUVERTURE DE LA SESSION CONSTITUTIVE DU PARLEMENT CUBAIN EST AVANCÉE

LE PRÉSIDENT CUBAIN, RAUL CASTRO, ET SON PREMIER
VICE-PRÉSIDENT, MIGUEL DIAZ-CANEL, QUI VA LUI SUCCÉDER
NURPHOTO

Le Conseil d'État de la République de Cuba, dans l'exercice des facultés qui lui ont été conférées, a décidé de convoquer la session constitutive de la 9e législature de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, le mercredi 18 avril 2018, à 9 heures, au Palais des Conventions
Granma
 CUBA : MIGUEL DIAZ-CANEL, FIDÈLE DU RÉGIME, 
FAVORI POUR LA PRÉSIDENCE MIGUEL DIAZ-CANEL, 
NUMÉRO DEUX DU GOUVERNEMENT CUBAIN, 
DEVRAIT SUCCÉDER À RAUL CASTRO, MERCREDI.
PHOTO RAMON ESPINOSA
Le Conseil d'État de la République de Cuba, dans l'exercice des facultés qui lui ont été conférées, a décidé de convoquer la session constitutive de la 9ème  législature de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, le mercredi 18 avril 2018, à 9 heures, au Palais des Conventions.

Cette décision a pour but de faciliter le déroulement des différentes phases que requiert une réunion d’une telle importance.

14 avril, 2018

SYRIE : DES OBJECTIFS SURTOUT POLITIQUES


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

LA DÉFENSE ANTIAÉRIENNE SYRIENNE ENTRE EN ACTION 
DANS LE CIEL DE DAMAS, À L’AUBE, SAMEDI 14 AVRIL.2018 
PHOTO HASAN AMMAR 
L’opération militaire sur la Syrie ressemble à une tentative désespérée de se réintroduire dans un conflit dont Washington, Paris et Londres ont été exclus.
 PAR DENIS SIEFFERT
LE GÉNÉRAL JOE DUNFORD (2E G), CHEF
D'ÉTAT-MAJOR INTERARMÉES AMÉRICAIN
PHOTO THOMAS WATKINS
Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont donc mené samedi des frappes ciblées contre la Syrie annoncées à grand renfort de communication depuis une semaine.

Officiellement, il s’agissait pour la coalition occidentale de punir le régime de Bachar Al-Assad accusé d'avoir mené des attaques chimiques le 7 avril sur la Ghouta orientale, zone reprise depuis aux rebelles. On peut toutefois s’interroger sur l’efficacité d’une telle opération, et sur ses buts véritables. Selon le général Joe Dunford, chef d'état-major américain, les forces occidentales ont visé trois cibles liées au programme d'armement chimique syrien, l'une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie. L‘Observatoire syrien des droits de l’homme a, pour sa part, fait état de bombardements sur des bases militaires proches de Damas. Mais il est peu probable que la destruction de ces cibles ait le moindre effet dissuasif sur Bachar Al-Assad, sauf peut-être à très court terme.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« VOUS SOUVENEZ-VOUS DES "ARMES CHIMIQUES" EN L'IRAK ?
NE CROYEZ PAS CE QU'ON VOUS DIT À LA TÉLÉ »



SUR LE MÊME SUJET : 

13 avril, 2018

LULA, UNE ICÔNE DERRIÈRE LES BARREAUX


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

FABER, LUXEMBOURG
Voilà six jours que l’ex-président brésilien se trouve derrière les barreaux d’une cellule de quelques mètres carrés de la prison de Curitiba, dans le sud du Brésil. Il doit y purger une peine de douze ans et un mois d’emprisonnement, après sa condamnation le 24 janvier pour des faits de corruption – qu’il continue de nier. Lula s’est rendu à la police le samedi 7 avril, avant d’être placé en détention.

DES PARTISANS DE L'ANCIEN PRÉSIDENT BRÉSILIEN 

LULA LE 6 AVRIL 2018 À BELO HORIZONTE. 
PHOTO DOUGLAS MAGNO 
Le mercredi 11 avril, la Cour suprême brésilienne a reporté un jugement qui aurait pu permettre la libération de l’ancien chef d’État, âgé de 72 ans. Les juges devaient statuer sur une jurisprudence datant de 2016, selon laquelle un condamné doit purger sa peine dès le rejet d’un premier appel – une règle dénoncée par les avocats de Lula. Auparavant, les personnes condamnées pouvaient rester libres jusqu’au procès en appel devant les instances supérieures (le Tribunal supérieur de justice et la Cour suprême). Mais les juges ont finalement décidé de ne rendre leur avis que la semaine prochaine, à la demande d’un petit parti d’extrême droite, le Parti écologique national (PEN). L’ancien président de gauche devra donc encore patienter.

12 avril, 2018

PERMIS DE TUER


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

VLADIMIR POUTINE EST INNOCENT
JUSQU'À PREUVE DU CONTRAIRE
DANS LE CAS DE L'ESPION RUSSE

ILLUSTRATION THE SPECTATOR

La police estime que l’enquête prendra « de nombreux mois », mais la première ministre britannique Theresa May a déjà identifié le coupable : l’ordre de tuer M. Sergueï Skripal serait venu du Kremlin. Pour le ministre des affaires étrangères Boris Johnson, le « comportement dangereux du président Vladimir Poutine » constitue en effet le « fil rouge » rattachant la tentative d’empoisonnement de l’ancien colonel des services de renseignement russes réfugié au Royaume-Uni à tous les forfaits antérieurs de Moscou : « l’annexion de la Crimée », « les cyberattaques en Ukraine », « le piratage du Bundestag », « l’ingérence dans plusieurs élections européennes », « l’indulgence envers les atrocités perpétrées par Assad en Syrie » (1). Résumons : M. Poutine en est capable, c’est donc qu’il est coupable.
Entre pic à glace et thé au polonium, entre Léon Trotski (assassiné au Mexique) et Alexandre Litvinenko (empoisonné à Londres), les services de sécurité russes ont assurément liquidé nombre d’opposants vivant à l’étranger. Sans que cela suscite le même hourvari diplomatique, d’autres gouvernements ont recouru à des pratiques tout aussi détestables. La « longue histoire d’assassinats commandités par l’État » dont s’offusque aujourd’hui M. Johnson entache quelques-unes des capitales occidentales (Paris, Berlin, Washington) qui, relayant Mme May, ont aussitôt publié un communiqué commun contre la Russie.

Israël, en revanche, a eu la sagesse exquise de s’en abstenir, sans doute parce qu’il figure au premier rang des pays qui « procèdent à ce genre d’opérations qu’ils qualifient d’“éliminations extraterritoriales” (2)  ». La liste des Palestiniens, représentants officiels compris, abattus par ses services secrets à l’étranger ferait en effet presque passer les Russes pour de tendres amateurs : au moins une demi-douzaine rien qu’à Paris, sans que des sanctions particulières en découlent. Paris, où disparut également l’opposant marocain Mehdi Ben Barka, et où furent assassinées la Sud-Africaine Dulcie September, représentante du Congrès national africain (ANC), puis, plus récemment, trois militantes kurdes. Quant à Washington, un ancien ministre chilien de Salvador Allende, Orlando Letelier, y a été tué par des agents d’Augusto Pinochet. Ronald Reagan ne cessa pas pour autant de célébrer sa dictature, et Margaret Thatcher ne s’interdit pas davantage de partager à Londres avec le général putschiste un thé (sans polonium)… ni de lui offrir un plat Armada en argent.

« Éliminations extraterritoriales » définirait également assez bien la pratique américaine consistant à tuer à l’étranger, par voie de drones, des terroristes présumés. M. Barack Obama autorisa officiellement plus de 2 300 assassinats de ce genre pendant sa présidence. De son côté, M. François Hollande a confié avoir ordonné plusieurs exécutions extrajudiciaires d’« ennemis de l’État » — une par mois environ au cours de son mandat. Aucun de ses amis politiques interrogés à ce sujet lors d’un débat de la primaire socialiste de l’année dernière ne lui en fit pourtant reproche (3).

« Oui, c’est parfois nécessaire », expliqua même M. François de Rugy, devenu depuis président de l’Assemblée nationale.

Serge Halimi

(1) Tribune publiée par Le Parisien, 16 mars 2018.
(2) Pour reprendre une formule du chercheur Mathieu Boulègue, cité par L’Opinion, Paris, 13 mars 2018.
(3) Débat télévisé, TF1, 12 janvier 2017.



[ Pour écouter cet articledouble-cliquer sur la flèche ] 
LU PAR ARNAUD ROMAIN
  DURÉE : 0:03:51 

CHILI : APPEL À MANIFESTER MARDI 1ER MAI 2018


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« CHILI A BESOIN DU PEUPLE UNI POUR PLUS DE JUSTICE SOCIALE »




SUR LE MÊME SUJET :

DILMA ROUSSEFF APPELLE À LA
« SOLIDARITÉ INTERNATIONALE » AVEC LULA


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

 PHOTO VICTOR MORIYAMA
L'ex-présidente du Brésil Dilma Rousseff a appelé, mardi à Madrid, à la « solidarité internationale » avec son prédécesseur Lula, incarcéré samedi après avoir été condamné pour corruption, mais qui reste le candidat de son parti à la présidentielle.
« La démocratie au Brésil est en danger »


L'EX-PRÉSIDENTE BRÉSILIENNE DILMA ROUSSEFF LORS 
D'UNE CONFÉRENCE DE PRESSE À MADRID LE 10 AVRIL 2018
PHOTO PIERRE-PHILIPPE MARCOU
«Nous avons besoin de solidarité internationale », a affirmé, lors d'un colloque à la Casa América de Madrid, l'ancienne présidente de gauche destituée par le Parlement brésilien en 2016 pour maquillage des comptes publics.







SUR LE MÊME SUJET :

11 avril, 2018

LE RISQUE D’UNE CONFRONTATION MILITAIRE RUSSIE-USA EN SYRIE AURAIT AUGMENTÉ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PHOTO  ALEXEI FILIPPOV
Le risque d’une confrontation militaire entre la Russie et les États-Unis existe et il a augmenté depuis l’annonce d’une attaque chimique présumée à Douma, a annoncé à Sputnik une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.
Sputniknews 
COLIN POWELL À L'ONU, ÉPROUVETTE 
REMPLIE D'ANTHRAX À LA MAIN.
Les rumeurs circulant autour d’une attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma ont fait croître le risque d’une confrontation militaire directe entre la Russie et les États-Unis, risque qui, toutefois, existait déjà, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.


Lire la suite
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CAPTURE D'ÉCRAN


11 AVRIL 1945 : BUCHENWALD LIBÉRÉ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PHOTO MARGARET BOURKE-WHITE
1945 - 11 AVRIL - 2018
En juillet 1937, les premières baraques sont construites sur la colline de l’Ettersberg près de Weimar, dans le cadre de la création d’un camp de concentration. Les nazis lui donnent le nom de Buchenwald ( « la hêtraie »). Le portail du camp arbore très vite une inscription en fer forgé : « Jedem das Seine » (« À chacun son dû »). Le 10 avril, des avions de reconnaissance américains survolent le camp.
Le 11 avril 1945, l’organisation clandestine du camp parvient à prendre le contrôle de Buchenwald. À 13h, les premiers tanks américains de la 4ème division blindée pénètrent dans la forêt qui jouxte le camp. À 16h, une jeep américaine pénètre dans le camp. 21 000 prisonniers sont sauvés. Entre 1937 et 1945, 250 000 prisonniers politiques, juifs, roms, homosexuels ont été emprisonnés dans ce camp. 56 000 y ont trouvé la mort.

Le camp de Buchenwald se situait à 5 km de la ville de Weimar, symbole de la culture allemande, de Goethe à Schiller en passant par Nietzsche. Dès le 15 avril, le général Patton exige du maire de Weimar qu’il fasse visiter Buchenwald aux habitants de sa ville. Sur place, les équipes du cinéaste John Ford filment la scène de ces habitants qui, huit années durant, ont vécu à 5 km de l’horreur nazie. Eisenhower décida aussi que chaque soldat qui n’était pas dans une unité combattante sur le front devait visiter ce camp en déclarant : « on nous dit que le soldat américain ne sait pas pour quoi il combat. Maintenant, au moins, il saura contre quoi il se bat ».


SUR LE MÊME SUJET :

CHILI, PROCÉDURE EXTRAORDINAIRE DE RÉGULARISATION DES MIGRANTS BOLIVIENS


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


SEBASTIAN PIÑERA A PROMIS AUX 300 000 BOLIVIENS ET PÉRUVIENS RÉSIDANT ILLÉGALEMENT AU CHILI UNE PROCÉDURE QUI LEUR PERMETTRAIENT DE SE RÉGULARISER, MAIS IL DURCIT LES PROCÉDURES D’ENTRÉE POUR LES CANDIDATS BOLIVIENS QUI SOUHAITERAIENT ÉMIGRER À L'AVENIR. PHOTO RODRIGO GARRIDO

Dans le cadre de la réforme de l’immigration annoncée par le président chilien Sebastian Piñera, les visas d’entrée seront désormais obligatoires pour les migrants haïtiens et vénézuéliens, qui ont afflué par centaines de milliers en seulement un an. 
À l’égard des Boliviens et des Péruviens qui depuis des décennies travaillent au Chili en situation irrégulière, le président chilien Sebastian Piñera souffle le chaud et le froid. D’un côté, il a promis aux 300 000 Boliviens et Péruviens résidant illégalement au Chili une procédure extraordinaire qui devrait leur permettre de se régulariser. De l’autre, il durcit les procédures d’entrée pour les candidats boliviens qui souhaiteraient émigrer à l’avenir.
 Par Carlotta Morteo
UNE DU JOURNAL LA RAZÓN
DU MARDI 10 AVRIL 2018
Depuis le 8 avril, les Boliviens ne peuvent plus, comme c’était le cas jusqu’à présent entrer au Chili en tant que touristes, trouver un emploi sur place et demander depuis le Chili un visa de travail. Ils devront désormais, en amont, depuis leur pays d’origine demander un visa de travail et donc, théoriquement, trouver un emploi à distance.







SUR LE MÊME SUJET :

10 avril, 2018

DÈS AUJOURD’HUI LIMA EST LA CAPITALE DES PEUPLES D’AMÉRIQUE LATINE ET DE LA CARAÏBE


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SOMMET DES PEUPLES, D’AMÉRIQUE
LATINE ET DE LA CARAÏBE 

Le Sommet des peuples, une rencontre alternative au 8ème Sommet des Amériques, ouvre ses portes

LIMA. — 
« TRUMP HORS DU PÉROU »
Avec le début ce mardi du Sommet des peuples, l’événement alternatif au 8ème Sommet des Amériques, Lima devient la capitale latino-américaine et caribéenne des mouvements sociaux, des partis progressistes et des jeunes engagés en faveur de l'unité, de l'anti-impérialisme et des principes de justice et d'égalité pour la région.







UN SÉISME DE MAGNITUDE 6,2 SECOUE LE NORD DU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

M 6.2 - 54 KM SUD OUEST D'OVALLE, CHILI

Un séisme de magnitude 6,2 a frappé le nord du Chili mardi matin, a annoncé l'institut géologique américain (USGS). 
La secousse a été enregistrée à 54 km au sud ouest de la ville d'Ovalle, à une profondeur de 76.1 km, a précisé l'USGS, sans faire état de victime ou de dégâts dans un premier temps. Des responsables des services météorologiques ont indiqué qu'il n'y avait pas de risque de tsunami après ce séisme.(Onemichile)

SUR LE MÊME SUJET :

CHILI: PLUS DE 600 VOLS DE LAN EXPRESS AFFECTÉS PAR UNE GRÈVE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PHOTO RODRIGO SAENZ 

Plus de 600 vols de la compagnie chilienne LAN Express ont été annulés ou reprogrammés sur une durée de sept jours, à compter de ce mardi en raison d'une grève du personnel navigant, a indiqué LATAM Airlines, la maison mère de LAN Express.
Le Point avec l'AFP
Malgré tous les efforts déployés durant le processus de négociations, un accord n'a pu être atteint" avec le syndicat du personnel navigant, qui représente 97 % des salariés de cette catégorie, a souligné dans un communiqué LATAM, plus grande compagnie aérienne d'Amérique latine, née de la fusion en 2015 de la brésilienne TAM et la chilienne LAN.


09 avril, 2018

FACE À MACRON, LE DERNIER GRAND COMBAT DES SYNDICATS FRANÇAIS ?

UN MEMBRE DE LA CGT DANS UN NUAGE DE GAZ
LACRYMOGÈNES LORS D’UNE MANIFESTATION À
NANTES LE 7 AVRIL 2018.
PHOTO STEPHANE MAHE
Privatisation, petites lignes, dette, statut... les contre-vérités du gouvernement
Àquoi joue le gouvernement ? Sûrement par franc-jeu. Pour preuve, le calendrier qu’il impose, d’une part, aux députés, convoqués à partir de ce lundi pour débattre du « nouveau pacte ferroviaire » dont le vote solennel en première lecture est prévu le 17 avril ; d’autre part, aux organisations syndicales. Étrangement, les discussions avec les syndicats sont prévues jusqu’à la fin du mois d’avril. « Discuter ! Pour quoi faire ? » s’interrogent-ils. En fin de semaine, Élisabeth Borne, la ministre des Transports, et, ce dimanche, Édouard Philippe, le premier ministre, ont confirmé non seulement leur intention « d’aller jusqu’au bout », mais ont répété à qui mieux-mieux des arguments visant plus à discréditer la grève qu’à assurer l’avenir du transport public ferroviaire.

 « Cette réforme n’a pas pour but de privatiser la SNCF. » Édouard Philippe, devant l’Assemblée nationale, le 3 avril

EN PRISON, LULA, LE « PÈRE DES PAUVRES », N’ABDIQUE PAS


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CURITIBA (BRÉSIL), LE 7 AVRIL. DANS LA NUIT,
L’ANCIEN PRÉSIDENT A REJOINT SA CELLULE
AU SIÈGE DE LA POLICE FÉDÉRALE DE CURITIBA.
PHOTO RICARDO MORAES 
Brésil. L’ancien président s’est rendu de lui-même samedi soir à la police brésilienne. Mais l’ex-syndicaliste, largement en tête dans les sondages, ne compte pas abandonner.
LES MÉDIAS MAINSTREAM
CONTRE LULA 
«Si mon crime est d’avoir ouvert les portes de l’université aux pauvres, aux Noirs, qu’ils puissent s’acheter une auto, prendre l’avion… Si c’est cela le crime que j’ai commis, alors je vais demeurer un criminel dans ce pays, parce que je vais faire beaucoup plus encore. » À la sortie de la messe donnée samedi matin en mémoire de son épouse disparue en février 2017, l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva n’aura pas offert au gouvernement Temer l’image tant attendue d’un homme défait et isolé avant son incarcération. Accusé sans preuve de « corruption passive » concernant un appartement soi-disant offert en échange de contrats avec l’entreprise pétrolière Petrobas, l’ancien président doit théoriquement purger une peine de douze ans de prison. Mais l’ancien chef de l’état du Parti des travailleurs (PT) a d’ores et déjà gagné la bataille de l’image en répondant à son rythme au mandat de dépôt – émis beaucoup plus tôt que prévu jeudi soir – par le juge anticorruption Sergio Moro.




SUR LE MÊME SUJET :

EMMANUEL MACRON ET MARCELO REBELO DE SOUSA SON HOMOLOGUE PORTUGAIS COMMÉMORENT LA « BATAILLE DE LA LYS »


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

EMMANUEL MACRON ET MARCELO REBELO DE SOUSA
LUNDI 9 AVRIL AU CIMETIÈRE PORTUGAIS DE RICHEBOURG
PHOTO PASCAL ROSSIGNOL

Emmanuel Macron et Marcelo Rebelo de Sousa ont commémoré, lundi matin au cimetière militaire de Richebourg, le centenaire de la Bataille de la Lys, le « Verdun portugais »
Les présidents français et portugais, Emmanuel Macron et Marcelo Rebelo de Sousa, ont rendu hommage lundi dans le cimetière portugais de Richebourg, dans la Pas-de-Calais, aux milliers de soldats portugais morts il y a 100 ans lors de la sanglante bataille de la Lys, le « Verdun portugais » Devant des centaines de personnes venues assister à la cérémonie, dont des descendants des disparus, les deux dirigeants ont rappelé cette tragique bataille en lançant tous deux de vibrants plaidoyers en faveur d'une Europe unie et solidaire. « Nous devons continuer à faire de l'Europe le rêve d'un continent, qui a vécu un cauchemar », a lancé Emmanuel Macron. « Nous n'oublierons jamais ce pourquoi ils sont morts. La direction qu'il nous faut continuer de prendre est celle d'un avenir partagé. Nous le devons à nos morts (...) et à notre jeunesse.»


07 avril, 2018

BRÉSIL. COUP DE FORCE JUDICIAIRE ET MILITAIRE CONTRE LULA


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


L'ANCIEN PRÉSIDENT BRÉSILIEN LUIZ INACIO LULA DA SILVA
ASSISTAIT SAMEDI MATIN À UNE MESSE EN PLEIN AIR À
L'OCCASION DU PREMIER ANNIVERSAIRE DU DÉCÈS DE SA FEMME.
PHOTO  REUTERS/STRINGER  
D’une voix, la Cour suprême du Brésil a rejeté mercredi le maintien en liberté de l’ex-président Lula, favori à la présidentielle d’octobre. Sur fond de menaces de l’armée.
LULA, LE 7 AVRIL 2018 AU SIÈGE DU 
SYNDICAT DES MÉTALLURGISTES, 
PRÈS DE SAO PAULO. 
Les instigateurs du coup d’État de 2016 jubilent. Pourtant, le nouvel épisode dans la cabale judiciaire contre Lula révèle le degré de délabrement de la démocratie au Brésil. Mercredi, la Cour suprême a en effet rejeté le recours d’« habeas corpus préventif » présenté par la défense de l’ex-président de gauche afin de lui éviter la prison tant que tous les recours n’ont pas été épuisés. 



06 avril, 2018

VENEZUELA : MADURO QUALIFIE MACRON DE « TUEUR À GAGES » QUI « DÉTRUIT LA FRANCE »


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SIMON BOLIVAR, BÂILLONNÉE
PAR LES MÉDIAS MAINSTREAM  

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé jeudi 5 avril son homologue français de « détruire la France », en réponse à Emmanuel Macron qui a estimé que la présidentielle du 20 mai au Venezuela ne permettrait pas 
« un scrutin juste et libre ».

« Ce que me dit Macron me passe au-dessus, Macron est un pantin de la politique de Trump contre le Venezuela », a déclaré le dirigeant socialiste lors d'une conférence de presse.
 Par L'Obs avec l'AFP
MACRON EST UN PANTIN DE
LA POLITIQUE DE TRUMP 
Seul « le peuple souverain du Venezuela » peut juger le scrutin du 20 mai, au cours duquel Nicolas Maduro cherche à obtenir un second mandat de six ans.